AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Citation 1Citation 2Citation 3

Bouillon de poulet [Fenris & Carver Hawke]

 :: Embryons Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Admin
.-.. ,'9 )\)`-.,.--. `-.| `.
avatar
Messages : 1405
Date d'inscription : 06/10/2013
Jeu 29 Oct - 22:58
Carver passait devant la Rose en fleur. Le froid de la nuit quand elle tombe mordait ses mains et ses épaules sous sa lourde armure et il continua sa route pour se réchauffer, non sans jeter un regard à Nivël qui aguichait les clients devant la porte. Il connaissait la jeune elfe, si tant était qu'on puisse connaître une prostituée, et il était connu qu'il avait perdu de nombreuses heures entre ses bras. Il l'avait beaucoup fréquentée les premiers temps de leur arrivée à Kirkwall, elle était calme et douce et elle n'avait pas l'air de le juger quand il pleurait sur se cuisses, elle se contentait de lui caresser les cheveux et de l'embrasser. Il regrettait de ne pas pouvoir passer la soirée avec elle. Depuis qu'il était entré en tant que recrue chez les templiers, il se pliait aux préceptes de la Chantrie avec fermeté et bougonnements. Il ne croyait pas spécialement au Créateur, ce n'était certainement pas ses parents qui l'y auraient poussé, mais il se sentait à sa place parmi eux et il ne souhaitait pas se faire exclure bêtement de l'ordre bêtement par une attitude trop désinvolte alors qu'il n'avait même pas encore prononcé ses voeux définitifs. Pour la première fois de sa vie, il se sentait dans un endroit fait pour lui, parmi des gens qui lui étaient semblables et apprécié à sa juste valeur mais comme à chaque fois qu'il se sentait dans la félicité, son frère avait été là pour le railler.
Cette fois ci il lui avait donné rendez-vous sur cette place, pas spécialement anodine, dont la principale attraction était le luxueux bordel de la haute ville, sous le prétexte minable de prendre des nouvelles. Quelques froides banalités échangées et il l'avait laissé là pendant que lui allait s'y payer une ou deux filles -ou hommes, il ne voulait pas le savoir. Il n'avait rien dit mais le sourire goguenard qu'il lui avait adressé en passant la porte suffisait. Le sourire qu'il lui avait adressé en caressant la cuisse de de Nivël. En remontant vers la maison de sa mère, il serrait les dents et repassait dans sa tête toutes les façons dont il aurait pu rabattre le caquet de Garett, parfois il allait même jusqu'à le tuer.

La Hauteville était calme, il était trop tard pour les commerçants et trop tôt pour les bandits, l'horizon était encore rose. Les derniers promeneurs rentraient chez eux et les lumières commençaient à trembloter derrière les fenêtres. Celles de chez lui étaient allumées. De chez sa mère. De chez son frère. Chez lui c'était la Potence.
Il suspendit son geste avant de frapper à la porte, retenu par un doute qui ne l'avait plus pris ces dernières semaines. Un doute que Garett avait une nouvelle fois glissé dans son coeur. Est-ce qu'il était vraiment souhaité ici ? Il serait chez lui, il pourrait rentrer n'importe quand et il n'avait aucune envie de le croiser. Il venait pour sa mère, à qui il préférait donner de ses nouvelles en personne plutôt que de les confier par l'intermédiaire de son frère. Elle en semblait contente, mais il sentait bien qu'elle lui en voulait encore de son choix, là où Garett avait été si brillant. Il ne l'avait pas emmené avec lui dans les Tréfonds pour les protéger et il était revenu couvert d'or et de renommée, et mère avait enfin pu obtenir qu'on lui rende la demeure de sa famille. Et lui pendant ce temps il avait agit en enfant capricieux et il avait rejoint l'ordre dont ses parents s'étaient cachés toute leur vie pour protéger Garett et Bethany. Il abaissa son poing et se mordit les lèvres, hésita un instant et fit demi tour.
Il ne s'attendait pas vraiment à avoir été épié.

_ Oh, c'est vous Fenris. Désolé, je ne vous avez pas entendu. Mon frère est à la Rose en fleur.

Vous ne pouvez chercher que lui à cet endroit et à cette heure.
Revenir en haut Aller en bas
Admin
.-.. ,'9 )\)`-.,.--. `-.| `.
avatar
Messages : 1405
Date d'inscription : 06/10/2013
Mar 3 Nov - 0:17
- Il s'y rend tous les soirs, ces derniers temps.

C'était sec, froid, peu avenant, et s'il n'était pas aussi fier il lui aurait présenté de plates excuses pour faire oublier son comportement. Fenris ne savait que trop bien ce que pouvait ressentir Carver devant la demeure de son frère prodige. Il s'en serait presque voulu d'avoir à l'espionner pour le compte de son aîné.
Un pas un peu trop menaçant, avec sa lourde épée qui frôlait le sol, mais il s'en aperçut un peu tard et eut tout juste le temps de piler en détournant le regard.

- Toutes mes excuses Carver, j'espère ne pas vous avoir fait peur.

Sa susceptibilité légendaire lui ferait froncer les sourcils et répondre qu'il lui en fallait plus pour avoir peur et là encore les réflexes de l'elfe pour l'anticiper s'étaient endormis. Il le dévisagea un instant, plissa le nez dans une moue contrariée. Il n'aimait pas avoir à mentir.

- À vrai dire, c'est vous que je cherchais. J'ai eu vent des habitudes au bordel que vous avez du laisser de côté en entrant dans l'ordre, et je me disais que peut-être l'on vous laisserait prendre un verre avec un ancien camarade.

Le ton était monotone et n'avait pas l'air heureux de le retrouver. Il faisait un bien piètre ami.

- À moins que vous ne préfériez attendre que l'un des serviteurs de votre mère ne vienne vous ouvrir. Simple proposition.
Revenir en haut Aller en bas
Admin
.-.. ,'9 )\)`-.,.--. `-.| `.
avatar
Messages : 1405
Date d'inscription : 06/10/2013
Jeu 5 Nov - 16:43
_ Si j'avais peur du moindre bruit ils ne m'auraient pas accepté chez les templiers, déclara-t-il avec morgue mais il avait sursauté. Il reprit, moins sûr de lui, tout le monde est-il donc au courant ?

Il avait voulu commencer une nouvelle vie parmi les templiers mais la Potence faisait partie de Kirkwall et Kirkwall était à Garett. Cette pensée amère lui fit froncer les sourcils mais il la garda pour lui il se contenta de jouer avec l'un de ses gantelets dont la boucle ne tenait pas bien. Ils avaient appartenu à quelqu'un d'autre, il n'aurait une armure forgée pour lui que lorsqu'il serait officiellement templier. Même là il n'était encore que remplaçable.

_ Je ne suis pas contre votre invitation, je viens de toucher ma première solde et j'avoue que je n'ai rien à en faire de particulier. Ce n'est pas grand chose mais l'ordre offre le gîte et le couvert alors...

Je n'ai rien à faire de spécial, personne à voir, personne à avoir.

_ Je ne vous y ai jamais vu, vous ne fréquentez pas la Rose ?

Les prestations étaient peut-être au dessus de ses moyens.
Revenir en haut Aller en bas
Admin
.-.. ,'9 )\)`-.,.--. `-.| `.
avatar
Messages : 1405
Date d'inscription : 06/10/2013
Jeu 5 Nov - 23:21
- Tout le monde n'est pas au courant, rassurez-vous, mais je travaille toujours avec lui et il est intenable après avoir bu.

Pas plus sortable que lui, s'il fallait être honnête, mais aucun des membres de leur petite compagnie n'allait sans savoir quelles étaient ses intimités avec la boisson. Il en allait de même pour Garrett une fois échoué au Pendu, Isabela sous le bras et les cartes de Varric dans l'autre main. Des soirées mémorables qu'ils étaient pourtant seuls à oublier. Parfois, du moins. Il n'était pas fier de certaines chutes de ces histoires de beuveries.
Carver attendit une réponse et Fenris se gratta le crâne avant de trouver quoi lui dire.

- Il y a des gens plus accessibles dans les tavernes. Financièrement comme moralement.

Il n'était pas sans deviner combien payer un service aussi intime auprès d'inconnus pouvait lui être désagréable. Il n'imaginait pas ces hommes et ces femmes comme libres, surtout pas en voyant le nombre d'elfes qui s'y vendaient.

- Mais je comprends tout à fait que ce soit facile. Et pratique. Quoi qu'il en soit, le Pendu me semble un lieu bien plus approprié à la discussion qu'un bordel quel qu'il soit. Il courba légèrement le dos, l'invita à avancer d'un geste de la main et lui emboîta le pas. Que faisiez-vous dans la Hauteville à cette heure, une permission de dernière minute ?
Revenir en haut Aller en bas
Admin
.-.. ,'9 )\)`-.,.--. `-.| `.
avatar
Messages : 1405
Date d'inscription : 06/10/2013
Sam 7 Nov - 13:34
Il aimait bien marcher devant. Il était flatté.

_ Oui. A cause de... lui. Le chevalier capitaine est stricte et n'accepte de traitement de faveur pour personne mais mes supérieurs directs... notamment Thrask... eh bien quand ils ont un Hawke sous la main ils en profitent pour être... sympathiques.

Mais il n'était pas son frère et ils ne lui devaient rien. Et il supportait de plus en plus mal son nom de famille. Pour diable s'étaient-ils tous mis à appeler Garrett "Hawke" ? Il y avait trois Hawke dans cette ville, et ils n'étaient pas tous lui.

_ Je comptais passer la soirée avec mère mais je n'ai pas vraiment envie d'être là quand Garrett rentrera, nous.... ne sommes pas vraiment en bons termes depuis qu'il est revenu.

Des tréfonds où il ne l'avait pas amené. Kirkwall possédait un nombre incalculable de tavernes et d'auberges, mais lorsqu'ils parlaient de la taverne, ils ne parlaient que du Pendu, comme si elle était la seule convenable. Et elle était loin de l'être. Il ne lui avait pas demandé si il voulait passer chez lui, si il avait une course à faire ou quelqu'un à visiter, cela arrivait souvent quand il accompagnait son frère, mais Fenris n'avait pas l'air d'avoir à objecter quoi que ce soit pendant qu'ils descendaient vers la Basseville.

_ Comment était-ce ?

Vous y étiez. Il n'avait pas besoin d'un autre guerrier.
Revenir en haut Aller en bas
Admin
.-.. ,'9 )\)`-.,.--. `-.| `.
avatar
Messages : 1405
Date d'inscription : 06/10/2013
Sam 7 Nov - 14:46
Ils avaient tous remarqué le froid qu'avait jeté le départ de Carver au sein de la famille Hawke. Même Merrill, qui regrettait parfois sa patience à son égard, mais cela Carver n'avait pas besoin de le savoir. Fenris lui-même avait réussi à s'intégrer au groupe mieux que ces deux-là, et le Créateur savait combien il était sociable.
Aucune réaction lorsqu'il entreprit doucement mais surement de lui faire parler de l'enfer qu'ils avaient vécu deux semaines durant. Pour Hawke, le retour avait été triomphal ; Varric, en bon ami, ne pouvait le lui reprocher. Personne ne le pouvait. C'était un homme qui avait de la chance, qui prenait les bonnes décisions au bon moment. Et ces décisions servaient toujours ses intérêts. Fenris laissa ses ongles courts gratter la peau sèche de sa nuque, ne put faire fi de l'inévitable question qui brûlait la langue du cadet.

- Un cauchemar, Carver. C'était un cauchemar.

Ce n'était pas faux.

- Votre frère voulait prendre Aveline avec lui, vous savez. C'est elle qui a refusé, elle avait ses raisons. Anders était tout indiqué. Ancien Garde des Ombres, mage soigneur, on peut difficilement rêver mieux. Varric, vous le connaissez, il est dans toutes les affaires dignes d'intérêt. Et pourquoi se priver d'une source de lyrium intarissable ? Garrett ne regretterait pas tant ma mort que la vôtre.

Même s'il avait parfois l'impression que cette crainte ne soit davantage liée à sa mère qu'à son frère. Devoir justifier auprès d'une mère la mort de l'un de ses enfants devait être terrifiant. Surtout une deuxième fois.

- Nous avons échappé au pire à de trop nombreuses reprises Carver. Je ne m'estime pas chanceux d'avoir eu à descendre dans cet enfer, mais j'estime avoir été utile en m'y rendant à la place d'Aveline. À votre place.

Un temps. L'état décadent des rues leur rappela qu'ils avaient quitté la Hauteville.

- Avez-vous tardé à vous engager ? Vous auriez pu rester avec les autres. Entrer dans la garde.
Revenir en haut Aller en bas
Admin
.-.. ,'9 )\)`-.,.--. `-.| `.
avatar
Messages : 1405
Date d'inscription : 06/10/2013
Dim 8 Nov - 21:50
_ Ce n'était pas vos capacités qui l'intéressaient si vous n'avez été que son second choix, fit-il remarquer avec une profonde amertume. Et si il a pu regretter ma possible mort, je vous assure ue ce n'est plus le cas maintenant, je lui ai donné un beau prétexte pour ne pas trop me pleurer. J'ai du mal à croire qu'il ait eu à coeur ma sécurité, il a préféré faire plaisir à mère. Il faisait d'une pierre trois coups, non seulement il ne la contrariait pas, mais il s'évitait aussi ma présence gênante et la situation qui l'aurait été encore plus si il avait du annoncer à mère qu'il m'avait perdu ou tué en cours de route.

Il en était intimement convaincu et il avait accéléré le pas.
Les rues de la Basseville étaient déjà bien sombres, à l'ombre des hauts murs qui l'entouraient, et il ne croisèrent pas grand monde sinon quelques mendiants et filles qui sortaient de bonne heure dans l'espoir d'attraper quelques soldats à la relève. Si des ombres plus inquiétantes s'agitèrent plusieurs fois lorsqu'ils passèrent près de certaines ruelles, elles se tinrent tranquilles et ils arrivèrent sous l'inquiétant pendu sans encombres. Il n'avait pas répondu à la remarque de Fenris à propos de son engagement dans la garde mais sa mine noire en disait long. Aveline n'avait jamais approuvé cette ambition, ce n'était un secret pour personne, et personne n'avait probablement voulu la contrarier alors qu'elle était en passe de devenir capitaine de la garde. Elle avait vite pris le titre et les quartiers, il avait considéré pouvoir faire une croix définitive sur son projet. Et même si il avait été "capable" ou "fait pour cette tâche" comme elle disait si bien, maintenant que c'était elle qui tenait les rênes, son admission se ferait par elle et sa fierté s'y refusait catégoriquement.

_ Il semblerait qu'Isabela et Anders aient pris un peu d'avance, lança-t-il en lui tenant la porte.

En effet, tous d'eux les saluèrent d'une exclamation démeusurément bruyante pour Isabela et d'un geste de la main maladroit pour Anders. Ils étaient vautré à une table près de la cheminée et plusieurs chopes gisaient déjà entre leurs bras fatigués. Isabela les exhorta à les rejoindre et Carver le fit avec une grimace éloquente. Il partageait sans peine l'avais de Fenris à propos du mage.

_ Une bonne soirée en perspective.
Revenir en haut Aller en bas
Admin
.-.. ,'9 )\)`-.,.--. `-.| `.
avatar
Messages : 1405
Date d'inscription : 06/10/2013
Lun 9 Nov - 0:03
- Rien ne vous oblige à rester avec eux, suggéra Fenris en passant le pas de la porte et en saluant la politesse du cadet d'un signe de tête. Nous pouvons nous contenter de quelques banalités, ils sont déjà trop soûls pour nous garder avec eux.

Du moins c'était le cas d'Isabela. Il ne connaissait pas bien les habitudes d'Anders dans ce genre de situation, en partie parce que Fenris s'imbibait toujours plus vite que lui et qu'il ne faisait plus attention à quoi que ce fut, mais il avait le vague souvenir de le savoir au bord de l'endormissement chaque fois qu'il buvait de trop. Carver ne le distançait que de quelques pas mais cela lui suffisait pour tirer sa propre chaise en premier et Fenris décida de ne pas s'asseoir tout de suite, accueillit les roucoulements mousseux de la rivenienne à son égard avec froideur et le regard trop lucide du mage d'un air de défi.

- Vous auriez pu nous attendre, vous savez.
- Bah ! Vous êtes toujours en retard de toute façon. Asseyez-vous, l'elfe, prenez exemple sur Carver, lui au moins il n'est pas timide, n'est-ce pas ? Ou doit-on vous appeler Ser Carver, maintenant que vous avez une place en ville ?

Le sifflement de la langue de l'elfe contre son palais la fit rire tandis qu'Anders se noyait dans le fantôme de sa dernière chope. Leur relation avait beau évoluer, elle n'était toujours pas au beau fixe. Certainement pas d'ailleurs, à en croire les regards qui s'évitaient chacun de leur côté. Un manège qui n'échappa en rien à la jeune femme. Toute son attention se reporta sur Carver et elle écarquilla les yeux comme si elle venait d'apprendre la plus incroyable des nouvelles.

- Vous voyez ce que je vois, mon chou ? On va peut-être avoir droit à des anecdotes intimes si vous faites boire ce rabat-joie !
Revenir en haut Aller en bas
Admin
.-.. ,'9 )\)`-.,.--. `-.| `.
avatar
Messages : 1405
Date d'inscription : 06/10/2013
Sam 9 Jan - 23:00
Carver accueillit les remarques d'Isabela avec une gêne évidente mais un sourire tout de même. La jeune femme l'intimidait par son assurance et son parlé cru, jusqu'à une vulgarité qu'il n'arrivait qu'à mépriser parfois, mais elle était amusante et n'était pas malintentionnée à son égard, c'était assez rare pour qu'il s'en réjouisse.

_ Vous donnerez du "Ser" quand vous serez capable d'en comprendre la valeur Isabela et je doute que cela arrive un jour alors... restons simples.

Pour ce soir c'était déjà Amplement suffisant. Elle haussa les sourcils en se reculant sur sa chaise pour prendre des airs sérieux mais perdit un instant son équilibre et préféra choir nonchalamment sur le bras de Fenris. Carver s'offusqua encore une fois que ses attention langoureuses ne soient pas pour lui et fut obligé de prendre place aux côtés d'Anders, place qu'elle lui avait si généreusement laissée. Il suffit de cet instant de flottement dans la conversation pour qu'Isabela en soit distraite et elle tirait maintenant sur le bras de Fenris pour le faire s'asseoir en mélangeant sous ses yeux décolleté vertigineux, moues suppliantes et prières avinées. Les anecdotes intimes semblaient avoir disparu de son esprit aussi vite qu'elles y étaient arrivées. Anders était toujours silencieux et Carver lança un regard un peu perdu à l'elfe désormais aux prises avec une Isabela debout et qui commençait à disperser les derniers lambeaux de sa dignité.

_ Pas de confessions intimes, mage ? Vous savez que techniquement, je suis en état de vous neutraliser désormais, fanfaronna-t-il pendant qu'il se servait copieusement dans la chope d'Anders. _ Enfin, pour passer aux bonnes nouvelles parce que j'en une pour vous, une chatte a trouvé refuge dans notre dortoir pour mettre bas, si vous voulez j'ai donc un chaton pour vous.

Il était très fier de lui mais n'obtint pas de réponse positive de la part d'Anders dont la tête s'écroula sur la table où il se mit à sangloter.
Revenir en haut Aller en bas
Admin
.-.. ,'9 )\)`-.,.--. `-.| `.
avatar
Messages : 1405
Date d'inscription : 06/10/2013
Dim 10 Jan - 6:09
Isabela savait être collante, et ce n'était pas au renfort de crapahutes le long de ses bras et de « lâchez-moi Isabela » que Fenris allait s'en défaire. Elle se fit insistante au point de le faire céder, plus par fatigue et résignation que par réelle conviction, et il rendit son regard à Carver en s'asseyant, la rivenienne toujours échouée sur son épaule, un grand sourire satisfait aux lèvres.

- J'ai bien peur que notre ami mage n'ait que faire de votre récente promotion Carver, souffla-il à son attention en tentant une nouvelle fois de décrocher la jeune femme. J'ignorais que la Potence recueillait les chatons cela dit, je suis impressionné par la grandeur d'âme des templiers.  

En toute honnêteté, son air sérieux s'en voulait convaincant. Ce n'était pas vraiment le cas.
Isabela s'écarta d'elle-même à l'entente du mot chaton et l'appréhension dans les yeux de l'elfe était palpable.

- Un chaton ? Anders doit être bien loin d'ici pour ne pas sauter sur l'occasion ! Elle ébouriffa ses cheveux tandis qu'il reniflait, le visage toujours écrasé contre le bois mal poncé. Carver, vous n'allez pas garder cette pauvre petite créature chez ces méchants templiers, n'est-ce pas ? Ils seraient capables de l'envoyer au bûcher ! Non non, il faut le confier à quelqu'un de confiance, quelqu'un qui saurait s'occuper de lui, quelqu'un de grand, de fort...
- Non.

Elle parut non seulement outrée mais aussi révoltée et sa voix dérailla légèrement lorsqu'elle partit dans les aigus.

- Allons, Fenris ! Cela vous ferait de la compagnie ! Et une gentille compagnie de surcroît, pas comme les cadavres que vous avez laissé pourrir pendant des mois dans la demeure de votre maître ! Est-ce que vous seriez capable de vous occuper d'un félin si vous êtes un loup ? Vous êtes un peu comme un chien, non ? À chercher à tout prix ce Danarius, Danarius, mon maître, Danarius.

Fenris la regarda de très haut. Il sembla qu'elle comprit qu'elle était allée un peu loin, fit la moue et se lova contre lui à nouveau. Il n'eut pas la force de lutter contre et reprit la parole en ne quittant pas Carver des yeux.

- Varric n'est pas ici ?
- Quoi, ma toison ne vous suffit pas ?

Il rougit violemment, n'eut aucune réaction pour s'en cacher, se contenta de héler une serveuse et de commander à boire. Isabela couina dans sa barbe qu'elle ne lui payerait plus rien tant qu'il ne l'avait pas remboursé et quelque part, elle avait raison de le faire. Sans doute parce qu'elle aussi était sur la paye, mais surtout parce qu'il fallait qu'il arrête de se noyer dans l'alcool à chaque moment de répit.

- Je suis fatigué de vos jérémiades, Isabela. Il lui caressa les cheveux un instant, ne put s'approcher de la table tant qu'elle se servait de lui comme d'un lit. Elle venait de fermer les yeux et n'avait pas l'intention de répondre tout de suite, même s'il doutât qu'elle puisse réellement s'endormir ainsi. Carver devait se sentir seul. Fenris se força à sourire. Est-ce que vous la voulez ? Je vous la donne volontiers.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Bouillon de poulet, de boeuf, de légumes faible en sodium (5 %) - Celifibr
» Potage au chou-fleur
» Cuisses de poulet à la crème de gingembre
» Soupe poulet et nouilles maison
» Les cubes "bouillon dégraissé"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cupcakes :: Embryons-
Sauter vers: